Enquête annuelle Réhalto-WPO sur les arrêts de travail

Le taux d’absentéisme poursuit sa progression en France

 

Le 17 septembre 2019

L’étude réalisée en juin dernier par le Groupe BVA sur l’ensemble du territoire français confirme une tendance lourde : le taux d’absentéisme est en augmentation depuis 2014 malgré une décélération au cours des deux dernières années. Les problèmes de santé mentale ont surpassé les troubles musculosquelettiques et représentent la 2e cause des arrêts de travail, après l’ensemble des maladies « ordinaires ». Bien que 75% des directions des ressources humaines interrogées indiquent que l’absentéisme a un impact négatif sur le plan organisationnel, moins de 30% des entreprises bénéficient de programme de santé et bien-être en milieu de travail.

Épuisement professionnel en tête

Alors que 46% des absences du travail sont justifiées par ce qu’on appelle les maladies ordinaires (grippe, rhume, etc.), les congés pour cause psychologique arrivent juste derrière avec 29% de l’ensemble.

Cette progression des absences pour problème de santé mentale « devance d’un an les prédictions de l’Organisation mondiale de la santé », confie le directeur mondial – Relations stratégiques de Workplace Options, Christian Mainguy, à Claire Padych et l’hebdomadaire Entreprise&Carrières.

Parmi les problèmes psychologiques cités, c’est le syndrome d’épuisement professionnel qui rafle la triste palme avec 19% de tous les cas. Pour Christian Mainguy, cette hausse s’explique en partie par le fait qu’un salarié sur cinq est un aidant naturel. La charge physique et émotionnelle d’un proche en état d’incapacité serait selon lui un facteur aggravant. Il ajoute que la transformation des entreprises et la hausse de la violence en contexte professionnel contribueraient également à la détresse psychologique pouvant mener à l’épuisement professionnel.

De manière plus générale, il explique que l’absentéisme est multifactoriel. « Cette enquête annuelle aide à mieux comprendre les causes des arrêts de travail et à identifier les leviers disponibles pour agir ».

Des moyens d’action limités

Les besoins, tant du côté des directions des ressources humaines que des salariés, sont nombreux alors que les moyens ne sont pas toujours au rendez-vous. Dans un contexte généralisé de transformation des entreprises, le sentiment d’incompétence et les changements organisationnels parfois mal arrimés à la réalité des travailleurs constituent des facteurs de stress importants.

Plus de 80% des directions des ressources humaines et 77% des salariés expriment d’ailleurs un besoin de compétences pour exercer leur métier. Les salariés identifient également l’organisation de l’entreprise comme premier défi dans une proportion de 71%.

Or, seulement la moitié des directions des ressources humaines interrogées indique consacrer 10% de son temps de travail à la prévention et à la gestion des risques humains et sociaux.

Les entreprises ayant mis en place des programmes d’incitation à l’exercice physique, à la saine alimentation ou encore des lignes téléphoniques d’accompagnement et de soutien psychologique apparentées aux programmes d’aide aux employés (PAE) assez répandus au Québec et au Canada représentent moins de 30% de l’ensemble des organisations interrogées.

L’autre visage du présentéisme

À revers des idées reçues qui voudraient que le présentéisme soit synonyme de paresse, les chiffres indiquent au contraire que bon nombre de salariés qui auraient d’excellentes raisons d’être en arrêt de travail demeurent en poste envers et contre tout. Un peu moins de 50% des salariés qui présentent un problème nécessitant un arrêt pour maladie rentrent tout de même au travail quotidiennement.

Les raisons invoquées sont financières (difficultés anticipées dues à une possible baisse de revenu) ou professionnelles (difficultés anticipées en raison de la charge de travail). Dans un cas comme dans l’autre, ces travailleurs se mettent en situation de vulnérabilité en continuant de travailler alors qu’ils sont au bout du rouleau physiquement ou psychologiquement. Une situation qui n’est pas sans risque, tant pour le salarié que l’entreprise.

Absences plus longues et réintégration difficile

Les arrêts de plus de trois mois, soit 9% des arrêts de travail, démontrent également une tendance à la hausse. Ceux-ci constituent un défi majeur pour les entreprises qui doivent composer avec les difficultés engendrées par l’absence du travailleur et les besoins particuliers lors de son retour.

À ce sujet, l’enquête révèle que 84% des salariés absents sur une longue période pour cause de maladie sont angoissés à l’idée de reprendre le travail. Des besoins d’accompagnement et de soutien de l’entreprise, d’écoute et de compréhension de leur supérieur, d’adaptation de poste et des conditions de travail sont exprimés dans 62% des cas.

DANS LE CADRE DE LA SEMAINE INTERNATIONALE FRANCOPHONE POUR LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL

Comment développer la résilience individuelle et organisationnelle face aux grandes transformations actuelles?

Les organisations et les salariés sont confrontés à une accélération et à une amplitude accrue des changements, qui nécessitent des adaptations permanentes à de nouveaux contextes et génèrent des situations d’insécurité, de stress, d’absentéisme, voire des burn-out.  Le renforcement de la résilience des organisations et des salariés devient un impératif pour les entreprises, qui placent la santé et le bien être des salariés comme un enjeu clé de leur performance.  Comment développer cette résilience pour mieux faire face aux changements et que peut-on en attendre ?

Une conférence de Christian Mainguy

Jeudi, 3 octobre à Québec

Voir toutes les activités à l’horaire de cette journée

À propos de Workplace Options

et Réhalto

Workplace Options aide les salariés à trouver un équilibre entre travail, vie de famille et besoins personnels, pour améliorer leur santé, leur bien-être et leur productivité, aussi bien sur le plan professionnel que personnel. À travers ses services d’excellence en matière de soutien, d’efficacité et de bien-être, la société apporte aux salariés des informations, des ressources, des références et des conseils dans un large éventail de domaines, des soins aux personnes à charge à la gestion du stress en passant par les services cliniques et les programmes de maintien de la forme physique.

Workplace Options, qui s’appuie sur un réseau international de prestataires et de professionnels agréés, est le numéro un mondial des services intégrés de soutien aux salariés et d’aide à l’équilibre vie privée-vie professionnelle. Depuis ses antennes des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, d’Irlande, du Portugal, de France, de Chine, d’Inde et d’Indonésie, la société accompagne plus de 65 millions de salariés de quelque 100 000 organisations, répartis dans plus de 200 pays et territoires.

Réhalto, une filiale de Workplace Options, est un cabinet expert des risques humains et sociaux. L’organisation bénéficie de l’expertise d’une équipe pluridisciplinaire composée de psychologues, professionnels du monde de l’assurance et du monde de l’entreprise. Réhalto est membre de la FIRPS, de l’Institut Mieux Vivre en Entreprise, et est enregistrée en tant qu’Intervenant en Prévention des Risques Professionnels (IPRP).